Recherche 
loupe

Votre Compte 
votre compte Identifiez Vous
Notre Société 
Armurerie Fleury
Nous Contacter
Tarifs Frais de Port
Conditions de Vente
Pièces Justificatives
Liens chasse
Liens
Partenaires
Promotions 
les Incontournables
3 Articles du Mois
Meilleures Ventes
Nos Promotions
Nos Coups de Coeur
Chasse 
Articles de Presse
Recettes de Gibier
Conseils de Chasse
Consignes Sécurité

Rating for armurerie-fleury.fr


Les Articles de Presse
Retour à la rubrique des articles de presse
  
WWW.ARMURERIE-FLEURY.FR
mis en valeur dans la presse spécialisée chasse

LE CHASSEUR FRANCAIS 03/1988

SAVEZ-VOUS "ROULER" LES CANARDS


Dans l'Aisne les chasseurs approchent les anatidés avec une hutte ... à roulettes.


la roulotte, la hutte a roulette


Dans chaque département, la pratique de la chasse au gibier d'eau s'exerce en fonction des particularités locales ou des habitudes du gibier.


Dans l'Aisne, sur les prairies envahies par les eaux de débordement, on chasse le canard en hutte roulante. C'est une coutume très ancienne, déjà en pratique vers 1830. A cette époque, il y avait plusieurs huttes roulantes par village, et aucune hutte fixe.


Pour bien comprendre le déroulement de cette chasse surprenante, situons le biotope. Nous sommes ici au bord de l'Oise, sur une zone de près humides de plusieurs centaines d'hectares, aux portes de Tergnier. Quelques huttes sommairement camouflée s sont implantées dans ces pâtures, devant des mares minuscules. A chaque débordement de la rivière, plus ou moins amplifié par l'extraction de granulats qui se fait non loin de là, les près sont recouverts de quelques dizaines de centimètres d'eau douce, et ce biotope devient particulièrement attirant pour la sauvagine. Mais les oiseaux se posent en général au beau milieu de pâtures, hors de portée des huttes. Alors, la roulante entre en action....Michel Fleury, armurier à Condren, aime beaucoup ce type de chasse qu'il pratique assidûment depuis une vingtaine d'années.


Il nous a emmené visiter sa roulante,sorte de hutte "satellite", complètement indispensable de toute installation dans ce marais. C'est une sorte de tunnel en paille et branchages divers qu'il faut restaurer souvent. L'ensemble mesure environ 1m80 de haut, autant de long et 1 m à la base. A l'avant et sur les côtés, de minuscules meurtrières autorisent le passage d'un fusil, suspendu par un ratelier pendant l'approche. La "roulante" est garèe tout contre la hutte.On passe de l'une à l'autre sans être vu du gibier. Tout est conçu pour qu'un homme -parfois deux- puisse tenir à l'intérieur. L'arrière est obturé par un ou deux sacs à pommes de terre. Ce tunnel est arrimé à une carcasse métallique. A l'avant, mais dissimulées par la "carosserie" deux roues de 4L permettent...de rouler. A l'arrière deux patins, rappelant les béquilles d'une brouette, permettent au chasseur de poser une cambuse pour reprendre son souffle. La roulante doit être suffisamment stable, donc assez lourde, pour ne pas cahoter et rebondir à la moindre ornière et provoquer ainsi la fuite du gibier convoité.


Eléments indispensables, deux poignèes et une planchette complètent le mobilier intérieur. Les poignèes servent à lever l'ensemble et le chasseur, après avoir tourné sa casquette d'un demi-tour, appuie son front contre la planchette...et pousse de toutes ses forces. Il faut des reins d'acier, des épaules de lutteur et un cou de taurillon pour pratiquer ce genre de sport. De ce côté-là, Michel Fleury n'est pas handicapé. Ancien moniteur de judo, il est -comme on dit- "taillé pour la course".


Quand on " roule" - c'est l'expression employée pour désigner chaque tentative d'approche - il y a des régles à observer. "Au départ, il faut rouler droit, vers les canards, en mettant toujours la roulante entre la hutte et le gibier. Il faut éviter qu'elle s'en détache trop tôt, créant ainsi un buisson inquiétant. Ill faut rouler très doucement, si possible nez au vent et dos au soleil, en observant sans cesse les oiseaux. On doit s'arrêter dès qu'un cou se redresse un peu trop, et attendre aussi longtemps que nécessaire que le gibier reprenne confiance. On roule les pieds dans l'eau, parfois jusqu'aux genoux, et il convient de faire le moins de bruit possible." "En roulant une bande d'oiseaux; il arrive qu'une autre bande se pose derrière le chasseur. On est alors pris en sandwich entre le gibier, et en général il n'y a qu'une seule chose à faire. On s'arrête et on attend. Mais quelquefois, on réussit de belles manoeuvres. Ainsi je me souviens qu'un jour j'ai réussi à "rouler" deux bandes séparées de colverts et à les remettre toutes les deux ensemble." Michel Fleury, parfois accompagné de son ami Gégé, a passé des heures captivantes dans sa roulante.


Les oies se roulent très bien ainsi que les colverts. Par contre on ne roule pas les sarcelles. Ce sont des oiseaux trop méfiants. Parfois, après avoir gagné 3 ou 4 m sur des oiseaux, toute la bande recule de trente ou quarante pas." On roule en général sur des distances relativement faibles, de l'ordre de 200 à 300m et l'approche, quand elle réussit, peut durer plus d'une heure. On roule parfois à deux et, dans ce cas-là, le second chasseur essaie de prélever un ou deux oiseaux dans la bande qui s'envole. Enfin, on ne roule pas la nuit, mais il arrive qu'on roule sur la glace. Il faut alors redoubler de prudence car les bruits se propagent très bien quand il gèle. Pour la plupart des amateurs de gibier d'eau, c'est le mois de novembre qui reste la meilleure époque. Ici c'est le mois de décembre qui est le moment fort des sauvaginiers. C'est normal dans la mesure où le colvert constitue la plus belle part du tableau de chasse. Mais on rencontre aussi la plupart des anatidés de surface((siffleur, pilet, chipeau) et occasionnellement des oies. "L'an dernier, le passage de retour a commencé le 27 février. Toutes les huttes en ont tiré quelques unes. Il était temps car le lendemain était jour de fermeture."


Voici quelques années, les eaux de débordement avaient gelé et il fallait casser la glace pour progresser. Michel qui est pourtant sportif a trébuché dans l'obscurité et, dans sa chute, il s'est tourné pour ne pas tomber sur son fusil. Le fusil n'a rien eu mais notre homme s'est brisé la jambe. Quatre jours plus tard, il sortait de l'hôpital et dix jours après, pressentant un arrivage de gibier, il se faisait conduire à la hutte, assis dans une remorque poussée par quelques amis. Il y est resté trois jours et deux nuits, a tué 23 canards et gardé un souvenir radieux de cette aventure. Michel Fleury connaît la baie de Somme et il a pratiqué en baie d'Authie. Il réalise - en roulant- des tableaux comparables à ceux de ses confrères Picards. Mais pour vaincre la bredouille, la diffèrence entre l'Aisne et la Somme est de taille. Dans la Somme, on fait tout et même plus pour faire venir les canards à portée. Dans l'Aisne, on transpire du front sur une planchette en sapin pour aller les chercher.


PAR CHRISTIAN GRICOURT


  Accueil  |   www.chasse-fleury.fr  |   Législation  |   Comment ca Marche ?  |   Plan du Site  |   Echange de Liens  |   Webmaster
Armurerie Fleury - 49, Route de Chauny - RN 32 - 02700 CONDREN - Tél. 03.23.57.15.90 - Fax 03.23.57.37.23
Siret 449 356 484 00013 - Code Naf 524W - Tva FR 33 449 356 484
armurerie.fleury@wanadoo.fr